Le problème de la rupture totalitaire

Hannah Arendt est l’un des premiers penseurs à avoir théorisé le concept de totalitarisme. Très marquée par l’expérience du nazisme auquel elle a directement été confrontée et dont l’arrivée au pouvoir est la cause de son émigration aux Etats-Unis, l’œuvre arendtienne peut se lire comme une tentative de trouver dans l’histoire contemporaine les motifs qui ont permis l’émergence de la catastrophe totalitaire.

Continuer la lecture de « Le problème de la rupture totalitaire »

Violence, Terreur, et Pouvoir

Alors que la France a subi en 2015 une vague de violences inconnue sur le territoire métropolitain depuis la seconde guerre mondiale, l’œuvre d’Hannah Arendt s’avère un outil particulièrement fécond pour tenter de mieux cerner le phénomène de violence radicale qui se développe depuis une dizaine d’années. Confrontée à la radicalité de l’horreur nazie, Arendt s’est en effet attachée à distinguer conceptuellement la violence de la politique. Ses analyses permettent alors non seulement de renoncer à définir le pouvoir politique comme rapport de domination, mais également de redéfinir la violence en tant que telle. En distinguant pouvoir et violence, Arendt rend leur positivité à chacun de ces deux phénomènes et nous donne les clés pour penser la terreur comme manifestation pure et radicalisée de la violence. Continuer la lecture de « Violence, Terreur, et Pouvoir »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search