Race et démocratie en Amérique

Aux Etats-Unis, le processus d’émancipation de l’esclavage et de transformation du racisme, s’est étalé sur plus d’un siècle, depuis la guerre d’indépendance de 1770 jusqu’à la guerre de civile de 1861. Les lois Jim Crow et leurs conséquences sont l’illustration la plus aboutie du mépris de la loi des colons, qui aboutit à la persistance des structures sociales héritées de l’esclavage et à leur métamorphose malgré l’abolition de ces institutions. La race a en effet joué un rôle idéologique prédominant dans la construction de la démocratie américaine. Comme le souligne Emmanuel Todd dans Le destin des immigrés, l’égalité de la société américaine s’est appuyée sur l’identification des noirs comme groupe social antagoniste, et leur exclusion à l’intérieur de la sphère politique. Les différentes vagues d’immigration entre 1776 et 2016 ont été toutes progressivement intégrées après une phase souvent conflictuelle d’acclimatation, mais la population noire est restée le groupe paria sur lequel s’est appuyée la frontière irréductible de l’identité sociale. Continuer la lecture de « Race et démocratie en Amérique »

Biopouvoir et violence de masse

Michel Foucault fait aujourd’hui partie des auteurs classiques du XXe siècle. Son influence a été décisive pour un ensemble de mouvements de pensée de la fin du siècle tels que le postmodernisme ou le postcolonialisme, et a contribué à renouveler l’interprétation des phénomènes socio-politiques. Au tournant des années 80, il développe une nouvelle analyse du pouvoir qui exclut la référence à l’Etat juridique pour se concentrer sur le contrôle des populations. Or, attaché à montrer l’origine historique de cette forme de pouvoir, Foucault s’intéresse finalement peu à sa mise en pratique dans la société contemporaine, et en particulier aux phénomènes modernes que sont les meurtres de masse. Définissant le biopouvoir comme un pouvoir qui rejette la mort, « à aucun moment Foucault n’explique le problème le plus important et évident, à savoir pourquoi certains États décident de tuer en masse et sont capables de le faire. »1. Pourtant le concept de biopouvoir permet de mettre en avant une dimension caractéristique du pouvoir moderne et de sa capacité à façonner le corps social. Tout en excluant la mort de la vie publique, la biopolitique l’utilise en tant qu’outil de régulation et d’homogénéisation des populations.

Continuer la lecture de « Biopouvoir et violence de masse »

  1. MICKAËL CHRISTOFFERSON, Critiquer Foucault, p. 34, [Bruxelles] : Éd. Aden, 2014 []

La théorie du boomerang

L’analyse arendtienne de l’impérialisme repose sur la théorie dite du « boomerang »1. Arendt ne s’intéresse au système colonial que pour mieux comprendre l’émergence du totalitarisme au 20e siècle. Cette théorie lui permet alors d’expliquer comment une pensée profondément hostile à l’ensemble des acquis des lumières a pu se développer et s’imposer au cœur de la sphère occidentale.

Continuer la lecture de « La théorie du boomerang »

  1. RICHARD H. KING and DAN STONE, Hannah Arendt and the uses of history, p.2, New York, Oxford: Berghahn Books, 2007 []

De l’impérialisme au totalitarisme (2)

Hannah Arendt est l’un des premiers auteurs à avoir souligné le lien entre l’impérialisme et le totalitarisme. Dès la parution des Origines du totalitarisme, Arendt souligne le rapport d’engendrement de l’impérialisme colonial au totalitarisme. Les concepts de race et de bureaucratie, qui sont au cœur du processus totalitaire, émergent à partir de l’expérience coloniale et sa confrontation avec une altérité extra-européenne. Les outils de la domination des peuples occidentaux sur les peuples colonisés, en particulier en Afrique, ont ainsi été la matrice à partir de laquelle la domination totalitaire a pu se concrétiser. Le totalitarisme est ainsi engendré par l’histoire de l’Occident et la relation qu’il implique avec l’altérité. Au cours de son analyse de l’impérialisme, Arendt montre comment les structures du totalitarisme naissent avec la partition de l’Afrique, puis se déplace à l’Europe avec les mouvements impérialistes pangermaniques et panslaves, avant de trouver leur aboutissement dans les régimes totalitaires. Continuer la lecture de « De l’impérialisme au totalitarisme (2) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search