L’homme dans le monde

L’une des originalités de la pensée arendtienne tient à son analyse de l’homme comme être conditionné par le monde dans lequel il se trouve pris. Arendt pense l’humanité dans une relation d’appartenance avec le milieu qui l’entoure. L’homme fait partie intégrante du monde et contribue à le modifier par seule présence. Néanmoins, cette conception de la condition humaine n’aboutit pas à un déterminisme naturalisme comme celui de Spinoza. Au contraire le rapport de l’homme au monde se présente comme un rapport éminemment politique, appuyé sur la liberté de l’homme et sa capacité à commencer de nouveaux processus. Continuer la lecture de « L’homme dans le monde »

Le paradoxe arendtien : la condition humaine et le totalitarisme

Hannah Arendt est un auteur dont le positionnement politique et philosophique est souvent difficile à cerner parfaitement. Citoyenne américaine considérée comme libérale pour ses positions contre le maccarthisme et la guerre du Vietnam, elle surprendra pourtant tout son camp par des positions conservatrices dans les années 60, où elle prendra parti contre l’escorte des enfants noirs à l’école. Pro sioniste, elle soutiendra la création d’une armée juive pendant la seconde guerre mondiale et la création d’un Etat hébreux, mais sera néanmoins accusée d’être hostile au judaïsme lors sa présentation du procès de Jérusalem. Sa pensée philosophique est également marquée par de telles oppositions, la difficulté à la cerner dans sa totalité tenant à la coexistence au sein de son œuvre de deux grands domaines d’interprétation. Continuer la lecture de « Le paradoxe arendtien : la condition humaine et le totalitarisme »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search