Race et démocratie en Amérique

Aux Etats-Unis, le processus d’émancipation de l’esclavage et de transformation du racisme, s’est étalé sur plus d’un siècle, depuis la guerre d’indépendance de 1770 jusqu’à la guerre de civile de 1861. Les lois Jim Crow et leurs conséquences sont l’illustration la plus aboutie du mépris de la loi des colons, qui aboutit à la persistance des structures sociales héritées de l’esclavage et à leur métamorphose malgré l’abolition de ces institutions. La race a en effet joué un rôle idéologique prédominant dans la construction de la démocratie américaine. Comme le souligne Emmanuel Todd dans Le destin des immigrés, l’égalité de la société américaine s’est appuyée sur l’identification des noirs comme groupe social antagoniste, et leur exclusion à l’intérieur de la sphère politique. Les différentes vagues d’immigration entre 1776 et 2016 ont été toutes progressivement intégrées après une phase souvent conflictuelle d’acclimatation, mais la population noire est restée le groupe paria sur lequel s’est appuyée la frontière irréductible de l’identité sociale. Continuer la lecture de « Race et démocratie en Amérique »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search