Violence, Terreur, et Pouvoir

Alors que la France a subi en 2015 une vague de violences inconnue sur le territoire métropolitain depuis la seconde guerre mondiale, l’œuvre d’Hannah Arendt s’avère un outil particulièrement fécond pour tenter de mieux cerner le phénomène de violence radicale qui se développe depuis une dizaine d’années. Confrontée à la radicalité de l’horreur nazie, Arendt s’est en effet attachée à distinguer conceptuellement la violence de la politique. Ses analyses permettent alors non seulement de renoncer à définir le pouvoir politique comme rapport de domination, mais également de redéfinir la violence en tant que telle. En distinguant pouvoir et violence, Arendt rend leur positivité à chacun de ces deux phénomènes et nous donne les clés pour penser la terreur comme manifestation pure et radicalisée de la violence. Continuer la lecture de « Violence, Terreur, et Pouvoir »

L’homme dans le monde

L’une des originalités de la pensée arendtienne tient à son analyse de l’homme comme être conditionné par le monde dans lequel il se trouve pris. Arendt pense l’humanité dans une relation d’appartenance avec le milieu qui l’entoure. L’homme fait partie intégrante du monde et contribue à le modifier par seule présence. Néanmoins, cette conception de la condition humaine n’aboutit pas à un déterminisme naturalisme comme celui de Spinoza. Au contraire le rapport de l’homme au monde se présente comme un rapport éminemment politique, appuyé sur la liberté de l’homme et sa capacité à commencer de nouveaux processus. Continuer la lecture de « L’homme dans le monde »

Le paradoxe arendtien : la condition humaine et le totalitarisme

Hannah Arendt est un auteur dont le positionnement politique et philosophique est souvent difficile à cerner parfaitement. Citoyenne américaine considérée comme libérale pour ses positions contre le maccarthisme et la guerre du Vietnam, elle surprendra pourtant tout son camp par des positions conservatrices dans les années 60, où elle prendra parti contre l’escorte des enfants noirs à l’école. Pro sioniste, elle soutiendra la création d’une armée juive pendant la seconde guerre mondiale et la création d’un Etat hébreux, mais sera néanmoins accusée d’être hostile au judaïsme lors sa présentation du procès de Jérusalem. Sa pensée philosophique est également marquée par de telles oppositions, la difficulté à la cerner dans sa totalité tenant à la coexistence au sein de son œuvre de deux grands domaines d’interprétation. Continuer la lecture de « Le paradoxe arendtien : la condition humaine et le totalitarisme »

Études arendtiennes

L’objectif de ce projet de recherche est d’analyser la notion d’espace public dans la pensée arendtienne. Il s’agit d’étudier la pensée arendtienne dans sa tentative de penser l’homme dans le rapport que ses activités concrètes entretiennent avec le monde qui l’entoure. La vie politique arendtienne n’est conçue ni comme un ensemble juridique ni comme un rapport de pouvoir, mais comme un espace quasiment existentiel fondé sur l’action des individus entre eux. L’enjeu de cette thèse est alors de voir si Arendt parvient à définir un espace politique à proprement dit qui soit anthropologiquement fondé, et comment l’ensemble des activités humaines s’y rapportent. L’espace public n’est pas une réalité juridique, définit dans le marbre d’une loi supérieure comme c’est le cas dans le positivisme juridique, mais est un espace dynamique, lié aux interactions de ses membres, qui dispose d’une fondation dans le temps, et qui peut avoir une fin. L’enjeu de cette analyse est donc de déterminer quelles sont les conditions de fondation de l’espace public et de sa perpétuation. Il s’agit de voir quelles sont les formes que peut prendre l’action politique, et comment un espace public peut concrètement exister de telle sorte à être le lieu de l’action humaine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search