Arendt et le complot fasciste international

La dimension quasi mythologique du concept arendtien de totalitarisme apparaît particulièrement dans la manière dont Hannah Arendt interprète la chute de l’Allemagne nazie. Elle tend en effet à surestimer la dimension autodestructrice du régime nazi. Non que cet aspect ne fasse partie de l’idéologie nationale-socialiste, dont la politique a directement provoqué la destruction de la moitié de l’Europe, Allemagne comprise, mais son interprétation de ses causes s’apparente à une véritable mystification.

Continuer la lecture de « Arendt et le complot fasciste international »

Sortir du totalitarisme pour penser le communisme

Le terme « totalitarisme » s’est imposé dans les années 50 pour définir un régime nouveau, en rupture totale avec la modernité. Garde-t-il sa pertinence pour les sciences sociales plus de 60 ans après sa conceptualisation ?

Continuer la lecture de « Sortir du totalitarisme pour penser le communisme »

Le problème de la rupture totalitaire

Hannah Arendt est l’un des premiers penseurs à avoir théorisé le concept de totalitarisme. Très marquée par l’expérience du nazisme auquel elle a directement été confrontée et dont l’arrivée au pouvoir est la cause de son émigration aux Etats-Unis, l’œuvre arendtienne peut se lire comme une tentative de trouver dans l’histoire contemporaine les motifs qui ont permis l’émergence de la catastrophe totalitaire.

Continuer la lecture de « Le problème de la rupture totalitaire »

Biopouvoir et violence de masse

Michel Foucault fait aujourd’hui partie des auteurs classiques du XXe siècle. Son influence a été décisive pour un ensemble de mouvements de pensée de la fin du siècle tels que le postmodernisme ou le postcolonialisme, et a contribué à renouveler l’interprétation des phénomènes socio-politiques. Au tournant des années 80, il développe une nouvelle analyse du pouvoir qui exclut la référence à l’Etat juridique pour se concentrer sur le contrôle des populations. Or, attaché à montrer l’origine historique de cette forme de pouvoir, Foucault s’intéresse finalement peu à sa mise en pratique dans la société contemporaine, et en particulier aux phénomènes modernes que sont les meurtres de masse. Définissant le biopouvoir comme un pouvoir qui rejette la mort, « à aucun moment Foucault n’explique le problème le plus important et évident, à savoir pourquoi certains États décident de tuer en masse et sont capables de le faire. »1. Pourtant le concept de biopouvoir permet de mettre en avant une dimension caractéristique du pouvoir moderne et de sa capacité à façonner le corps social. Tout en excluant la mort de la vie publique, la biopolitique l’utilise en tant qu’outil de régulation et d’homogénéisation des populations.

Continuer la lecture de « Biopouvoir et violence de masse »

  1. MICKAËL CHRISTOFFERSON, Critiquer Foucault, p. 34, [Bruxelles] : Éd. Aden, 2014 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search