Génocides tropicaux

DAVIS MIKE, Génocides tropicaux : catastrophes naturelles et famines coloniales : 1870-1900 : aux origines du sous-développement, traduit par Marc Saint-Upéry, La Découverte, 2006

 Résumé

Essai historique sur les grandes famines de la fin du 19e siècle, Génocides tropicaux décrit comment les catastrophes climatiques ayant eu lieu entre 1870 et 1900 ont été directement responsables du sous-développement endémique du 20e siècle. En recourant à des analyses historiques, climatiques, et démographiques, l’ouvrage montre comment la politique coloniale et le libre-échange ont amplifié des catastrophes naturelles au point de les transformer en de véritables famines organisées, qui se sont traduites par des millions de victimes. En comparant la gestion des crises alimentaires entre le 18e et le 19e siècle, notamment dans l’opposition entre l’Inde Moghol et l’Inde victorienne, Mike Davis souligne le poids de l’idéologie libérale dans le développement de la famine. Il montre ainsi par quels mécanismes la déconstruction des structures sociales a engendré une catastrophe démographique dont les conséquences ont persisté tout au long du 20e siècle. L’ouvrage permet ainsi de mieux comprendre le poids du système colonial dans l’histoire contemporaine et souligne l’importance d’interpréter les phénomènes politiques du 20e siècle à partir de ceux du siècle précédent.

Le texte est séparé en quatre parties. Les deux premières décrivent les processus économiques et historiques qui ont abouti à une série de famines de masse à travers le monde et leurs conséquences politiques et sociales, de 1876 à 1878 puis de 1888 à 1902. La troisième partie porte sur les causes purement climatiques de cette série de famines et sur l’importance du phénomène El ’Nino. Enfin, la quatrième partie cherche à montrer comment cette « écologie politique de la famine »1 doit être comprise dans le cadre d’un système impérialiste, et comment ses conséquences ont profondément impacté les structures économiques et politiques du tiers-monde. Si Mikes Davis étudie les conséquences de la famine dans la majorité des pays du monde, ses analyses portent plus précisément sur trois situations spécifiques : l’Inde victorienne, la Chine impériale, et le Nordeste brésilien. Cette analyse approfondie permet d’une part de montrer les différentes formes que la famine a pu prendre en fonction des structures politiques et sociales, et de l’autre de souligner la continuité de ces processus dans les différents pays où elle a eu lieu.

En recourant à des analyses climatiques, économiques, et sociales, ainsi qu’à une description précise des événements appuyée sur de nombreux témoignages, Mike Davis parvient à montrer comment le système colonial a créé une famine de masse aboutissant à l’appauvrissement global de régions entières. Son analyse donne ainsi un éclairage spécifique sur les pratiques impérialistes de la fin du 19e siècle, qui nous permet de mieux comprendre l’influence que cette période a eu sur tout le 20e siècle.

De la violence coloniale

L’un des intérêts de l’ouvrage de Mike Davis est de remettre en perspective l’histoire du 20e siècle dans un contexte historique et géographique plus large. L’historiographie des crimes de masses se concentre généralement sur ceux du 20e siècle en négligeant les crimes coloniaux du 19e. Sans être niés, les crimes de « l’ère des empires » n’atteindraient pas le niveau de violence de ceux de « l’âge des extrêmes ». Dans sa célèbre trilogie sur le 19e siècle, Éric Hobsbawm ne mentionne tout simplement pas les famines que connurent l’Inde et la Chine au cours des années 70 puis des années 90, et qui se soldèrent par plusieurs dizaines de millions de victimes. Tournés vers l’Occident et marqués par les deux catastrophes humanitaires que furent la 1ere et la 2nd guerre mondiale, nous avons tendance à nous représenter le 20e siècle à partir l’émergence d’une violence de masse inconnue jusque-là. En termes de pure violence, le 19e siècle n’a pourtant rien à envier au 20e siècle. Un demi-siècle avant la première guerre mondiale, la révolte des Taiping se solde par un nombre de victimes deux fois plus élevé pour une population relativement équivalente. Lorsqu’on met en perspective les grandes catastrophes démographiques entre 1850 et 1950, on constate qu’il n’y a pas de rupture dans l’ampleur de la violence entre les crimes du 19e et ceux du 20e siècle. Les 20 à 30 millions de victimes causées par le Grand Bond en Avant sont ainsi à mettre en perspective avec les famines qu’a connues la Chine en 1876 et 1896. L’ampleur des famines en Inde et dans l’ensemble de l’empire britannique invite même à considérer l’Angleterre victorienne comme l’un des régimes les plus meurtriers de l’histoire en terme purement statistique, avec la Chine maoïste et l’Allemagne hitlérienne.

Estimations du nombre de morts entre 1850 et 1960 (en millions)

Révolte des Taiping (1851-1864) 20 à 30
Famines en Inde

(1876-1879)

(1896-1902)

12 à 30

6 à 10

6 à 20

Famines en Chine

(1876-1879)

(1896-1900)

19 à 23

9 à 13

10

1ere guerre mondiale (1914-1918) 9 à 10
Génocide arménien (1915) 0,8 à 1,5
Famine en Ukraine (1933) 2,6 à 5
2nd guerre mondiale (1937-1945)

victimes militaires

victimes civiles

50 à 70

20 à 25

30 à 50

Grand Bond en avant (1958-1960) 20 à 30

Mike Davis souligne un élément essentiel pour bien comprendre son propos. Si les disettes causées par des crises climatiques telles que les sécheresses et les inondations ne sont pas inconnues en Chine et en Inde, les famines de l’ampleur de celles de la fin du 19e siècle ne s’y sont pas produites depuis des siècles. Grâce à un système de solidarité et de redistribution inter-régionale, assuré par le maillage social dans le cas de l’Inde précoloniale ou directement par l’Etat dans celui de la Chine Quin, ces pays sont parvenus à résoudre l’un des principaux problèmes des sociétés européennes jusqu’au 19e siècle. Comme le rappelle l’auteur, « en pleine ère des Lumières, les masses affamées n’étaient pas chinoises mais françaises, irlandaises et calabraises ».2 Lors de l’épisode El ‘Nino de 1740, période qui s’est traduite par un pic de mortalité de plusieurs millions en Europe, la Chine Quin a mobilisé une aide de 10 millions de taels pour endiguer la famine en assurant la subsistance de plus de 2 millions de personnes par l’Etat. Grâce à la surveillance des prix, à la flexibilité fiscale, et à un fort réseau de greniers et de réserves impériales, l’Etat chinois a réussi à éviter les catastrophes démographies que sont les famines et épidémies tout au long du 18e siècle. De même, bien que ne disposant pas d’infrastructures étatiques aussi développées, l’Inde Moghol est parvenue à empêcher les famines de masse grâce à la lutte contre la spéculation et l’exportation de vivres, et à la redistribution alimentaire. Les nationalistes indiens pouvaient ainsi souligner « le contraste entre les 31 famines graves enregistrées en cent-vingt ans de domination britannique et les dix-sept famines mentionnées en deux milles ans d’histoire précoloniale ».3 Ces analyses montrent donc que les pouvoirs publics avaient les moyens de lutter contre les crises climatiques à l’aide d’un savoir-faire social établi de longue date. Bien que la sécheresse de 1876 ait été particulièrement intense, il est probable qu’elle ne se serait pas soldée par la mort de 10 millions de personnes si l’Etat chinois avait pu mobiliser les outils qu’il avait à sa disposition un siècle plus tôt. Seule la déconstruction politique et sociale permet d’expliquer l’ampleur des famines qu’ont connues la Chine et l’Inde à la fin du 19e siècle. Or, cette déconstruction est liée au système colonial et à l’incorporation forcée des producteurs locaux aux circuits financiers mondiaux, contrôlées par les puissances coloniales.

De la même manière que le régime stalinien a déclenché la famine ukrainienne par sa politique de collectivisation, la politique impériale de l’Angleterre et des autres puissances occidentales a engendré une famine de masse qui s’est soldée par la mort de plus de 50 millions de personnes à travers le monde. La responsabilité de l’administration coloniale est particulièrement nette dans le cas de l’Inde victorienne qui, soumise à la domination britannique, est entièrement conditionnée par sa politique économique avant et pendant la crise alimentaire. Mike Davis montre comment la déconstruction de l’agriculture de subsistance par l’intégration forcée des paysans au commerce mondial a affaibli leur autonomie financière, et les a placé dans un état de surendettement renforcé par le système fiscal. La levée des barrières douanières et le développement d’une économie agricole tournée vers l’exportation ont également affaibli les économies locales et contribué à priver le sous-continent des ressources alimentaires dont il aurait eu besoin pour gérer la famine. La construction des voies ferrées, a par ailleurs joué un rôle contre-productif en permettant aux commerçants d’exporter plus facilement leurs stocks, facilitant ainsi la hausse des prix. L’Inde se présente ainsi comme « le plus grand marché captif de l’histoire »,4 le marché indien permettant à la fois d’absorber la production industrielle britannique et de fournir les marchés anglais en ressources alimentaires à bas prix, avec pour corollaire la paupérisation des populations indiennes les plus vulnérables. De la sorte, la politique impériale de l’Angleterre a créé les conditions d’une famine à grande échelle.

Mais c’est principalement par ses réactions pendant les famines que le pouvoir colonial a amplifié la crise jusqu’à la transformer en une extermination de masse. L’hostilité des britanniques à toute forme de contrôle des prix ou de régulation des échanges a accru la l’érosion du pouvoir d’achat des paysans pauvres. C’est d’abord l’absence de réaction des pouvoirs coloniaux qui a engendré la massification de la famine, le gouvernement n’ayant pris aucune mesure pour éviter la fuite des céréales. Ainsi, au cours de la famine, l’Inde a exporté plus de 36.000 tonnes de blé vers le Royaume-Unis, dont plus de 18.000 en 1877.5 De même la pression fiscale est restée constante afin de financer la guerre en Afghanistan, jouant ainsi un rôle pro-cyclique dans le développement de la famine. Les premières véritables mesures de lutte contre la famine se sont révélées tout aussi catastrophiques, consistant en l’instauration de véritables camps de travail pour les paysans touchés par la crise. Afin de réduire au minimum les coûts de gestion de la crise alimentaire, le vice-gouverneur Richard Temple a en effet conditionné l’accès aux secours à l’obtention d’un certificat d’aptitude au travail. Les victimes de la famine devaient ainsi « se rendre dans des camps-dortoirs situés loin de chez elles pour y effectuer un travail de coolie sur les chantiers »6 laissant ainsi pour compte les victimes les plus affaiblies comme les enfants incapables de s’y rendre pour bénéficier de l’aide alimentaire. Cette aide a par ailleurs été réduite à moins d’une livre de riz par jour, le strict minimum pour maintenir en vie un adulte ne réalisant aucune activité épuisante. Dans de telles conditions, le travail forcé ne pouvait aboutir qu’à l’aggravation de la sous-nutrition, au point que le taux de mortalité dans les camps britanniques atteignit 94% par an selon les sources cités par Mike Davis.7

Ce qui ressort des analyses de Mike Davis est donc que les différentes famines de masse qu’a connues l’Inde à la fin du 19e siècle ne sont pas seulement le résultat d’une crise climatique ou même d’une erreur de politique économique. Elles sont avant tout la conséquence d’une politique coloniale assumée, qui a sciemment causé et aggravé une famine de masse au point de la transformer en un véritable holocauste. Or, une telle politique s’est également reproduite dans les mêmes circonstances une génération plus tard lors de la famine 1896 ; mais également, sous des circonstances différentes, dans des régions aussi différentes que la Chine, l’Egypte, ou le Brésil. La politique suivie par le pouvoir colonial a ainsi abouti à l’extermination de populations entières par la faim à travers le monde.

Le poids de l’idéologie libérale

Au cours de son essai, Mike Davis montre que l’une des raisons qui explique la politique d’extermination du gouvernement colonial repose sur l’idéologie libérale suivie par le pouvoir. Dans son essai sur les Origines du totalitarisme, Hannah Arendt montre comment l’idéologie totalitaire se substitue progressivement à l’expérience du monde, et prend la forme d’une fiction qui assure la cohérence du mouvement en le coupant de la réalité concrète. Or, lorsqu’on suit les analyses de Mike Davis, on est frappé de voir à quel point cette interprétation est pertinente pour décrire la pensée coloniale. L’idéologie libérale et les principes socio-économiques issus des théories malthusiennes forment en effet la référence ultime des administrateurs coloniaux, qui jugent les événements à partir de ces représentations, quelle que soit par ailleurs la réalité du monde.

Pour Mike Davis, l’ampleur des famines indiennes de la fin du 19e siècle est due à l’orthodoxie libérale suivie par l’administration coloniale : « l’Inde, tout comme l’Irlande avant elle, devenait un laboratoire de l’utilitarisme où des millions de vie étaient à la merci d’une foi dogmatique dans la toute-puissance des marchés ».8 Le refus délibéré de ne pas intervenir pour endiguer la famine en distribuant de la nourriture ou en baissant les prix du marché est ainsi lié à une double tradition. D’une part la certitude, tirée d’Adam Smith, que la régulation de la disette est due aux marchés qui doivent être laissés libres d’augmenter les prix avant d’engendrer une augmentation des importations endiguant le développement de la famine. Et de l’autre la conviction ancrée dans le gouvernement colonial que les Indiens sont « des resquilleurs et des mendiants-nés »9 et que la famine n’est que le résultat de leur propre incapacité à travailler, d’où l’importance des poorhouse pour éviter que les pauvres puissent bénéficier d’une aide alimentaire sans rien faire. Les responsables cités par l’auteur ne cachent d’ailleurs pas leur ambition de gérer une famine de masse selon des critères purement budgétaires. En 1877, le vice-roi Lytton n’hésite ainsi pas à dénoncer « les hystériques de l’humanisme » et à déclarer « que les citoyens britanniques paient eux-mêmes la facture de leur sentimentalisme bon marché s’ils veulent sauver des vies à un prix qui mettrait l’Inde en banqueroute ».10 Le message est clair : pour Lytton, une vie indienne ne vaut pas la peine qu’on investisse pour la sauver, surtout si cet investissement devait remettre en cause le budget de l’expédition Afghane.

De façon particulièrement intéressante, Mike Davis rappelle que la famine de 1877 n’était pas la première qu’avait traitée Richard Temple. En 1874 Temple avait en effet géré la sécheresse du Bengale en important du blé birman et en fournissant une aide alimentaire massive aux populations sinistrée sans contrepartie. Ces opérations avaient alors permis d’empêcher une famine de masse, et la sécheresse s’était soldée par une mortalité très basse faisant à peine quelques dizaines de victimes. Or loin d’être soutenu par le gouvernement pour l’efficacité de cette intervention, Temple fut vivement critiqué par l’administration et la presse pour sa politique de dépenses publiques, The Economist allant même jusqu’à lui reprocher d’avoir fait croire aux Indiens que « le devoir du gouvernement était de les maintenir en vie ».11 L’action de Temple lors de la famine de 77 n’était donc pas une démarche personnelle d’un administrateur particulièrement insensible, mais bien le résultat d’une politique globale du gouvernement britannique et d’une vision du monde profondément ancrée dans les mœurs. Cette capacité de l’administration coloniale à justifier sa politique libérale atteindra même des proportions proprement idéologiques par sa négation des faits. Ainsi, alors que le journaliste Hawthorne décrit en 1897 les « squelettes humains [qui] exhibaient leurs ventres tels des sacs vides de peau ridée »12, le vice-gouverneur n’affirmera qu’avoir « été frappé par l’apparence prospère des campagnes ».13

l'apparence prospère des campagne indienne
l’apparence prospère des campagne indienne

A ces croyances en la toute-puissance des marchés, s’ajoutent de plus des convictions malthusiennes qui conduisent les autorités britanniques à imputer la famine au comportement moral des paysans indiens. Un rapport de 1881 justifie ainsi la politique du pouvoir colonial en affirmant que « 80% de la mortalité due à la famine concernaient les 20% les plus pauvres de la population » et que « si l’on arrivait à éviter ces morts, cette couche de la population serait de toute façon incapable d’adopter les mesures de prudence qui s’impose ».14 On peut mettre cette justification en parallèle avec ce que montre Arendt sur la recherche de la cohérence par la propagande totalitaire. De la même manière que tout ce qu’affirme le Chef d’un mouvement totalitaire est vrai quelle que soit la réalité du monde, le système de pensée de l’administration coloniale permet de justifier toute leur politique indépendamment de ses résultats. Si la famine a causé la mort de près de 10 millions de personne, ce n’est pas à cause de la politique impériale mais parce que les victimes sont des pauvres et que les pauvres sont de toute façon inaptes à diriger leur propre vie. Quelle que soit la politique suivie par le gouvernement, elle n’aurait pas pu sauver la population. Peu importe que 4 ans plus tôt, la politique de Temple soit parvenue à empêcher l’émergence d’une famine de masse. Ce ne sont pas les principes du libéralisme qui sont en cause, mais la nature même des indigènes. Temple ira jusqu’à affirmer qu’« il n’y aura pas grand monde pour déplorer un sort qu’ils ont bien cherché et qui a mis fin à une existence d’oisiveté et trop souvent de crime ».15 De la même manière qu’il est évident pour tout militant communiste que la famine de 1933 est due aux saboteurs anti-communistes, il est clair pour les responsables britanniques que la famine n’est due qu’à l’indolence des paysans indiens.

Si on suit les analyses de Mike Davis, on doit donc conclure à la nature idéologique de la politique menée par le gouvernement colonial. Si l’extermination des populations indiennes par la faim n’était pas l’objectif recherché par le pouvoir, la logique des idées issues du libéralisme et du darwinisme social a directement causé la mort de plusieurs dizaines de millions de personnes entre 1876 et 1878, puis entre 1896 et 1903. De la sorte, si la comparaison avec la Shoah ou avec d’autres politiques d’extermination comme le génocide arménien ou rwandais n’est pas pertinente, les famines de la fin du 19e siècle s’inscrivent bien dans la perspective des grandes exterminations de masse perpétrées au cours du 20e siècle, notamment en Chine ou en Ukraine. L’intérêt des travaux de Mike Davis pour notre propos est ainsi de souligner la violence du système colonial et de la mettre en perspective avec celle du 20e siècle, telle qu’elle s’est exprimée dans les régimes totalitaires. La violence de masse n’est pas née au 20e siècle. Dans leur forme comme dans leur intensité, les politiques modernes d’extermination font pleinement parties du système colonial. Un demi-siècle avant l’Holodomor, la famine apparaît déjà comme un outil d’extermination au service d’une politique et d’une idéologie économique et sociale. Génocides tropicaux nous permet ainsi de poursuivre et de développer la thèse selon laquelle les régimes totalitaires s’inscrivent dans la filiation directe avec la politique suivie par les systèmes coloniaux.

  1. p. 22 []
  2. p. 307 []
  3. p. 314 []
  4. p. 326 []
  5. p. 38 []
  6. p. 48 []
  7. p. 51 []
  8. p. 41 []
  9. p. 162 []
  10. p. 41 []
  11. p. 47 []
  12. p. 171 []
  13. p. 162 []
  14. p 42 []
  15. p. 51 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search