Daenarys ou le privilège de l’homme blanc

Alors que l’avant-dernière saison de Games of Thrones1 s’est récemment achevée et que se profile l’affrontement ultime contre l’axe du Mal, le personnage de Daenarys s’annonce comme la grande figure salvatrice de la saga : la souveraine légitime qui, prête à prendre la place qui lui revient de droit, vaincra les forces maléfiques qui menacent le monde et rétablira la paix à Westeros. Si Games of Thrones a introduit de nombreux personnages, Daenarys est, au même titre que John Snow, avec qui elle partage de nombreux liens et points communs, le protagoniste présenté comme le plus positif de la série. Reine des Andals, Protectrice des Sept Couronnes, Briseuse de Chaînes, Mère des Dragons… cette longue liste énumérée telle un mantra évoque les hauts faits et la grandeur d’âme du personnage. Parmi les nombreux exploits réalisés par la descendante des Targeriens, l’un d’eux occupe une place centrale dans la série et va directement nous concerner. Daenarys est en effet une militante abolitionniste. Dans un univers dans lequel l’économie de tout un continent repose sur l’esclavage, l’héritière du trône de fer affiche en effet clairement sa volonté de libérer les esclaves des leurs. Mais derrière cette politique aussi noble que généreuse, se cache une tendance particulière de l’histoire occidentale : celle de l’abolitionnisme mis au service de la colonisation.

Un acte fondateur

Le projet abolitionniste de Daenarys l’occupe pendant l’ensemble des saisons 3 à 6. Jusqu’à cette ultime saison, les intrigues qui tournent autour de Daenarys se déroulent sur Essos vaste continent séparé de Westeros et de l’intrigue principale de la série, où sévit une société fondée sur le commerce d’esclaves. Au cours de ses péripéties, le personnage va prendre plusieurs Cités par la force, libérer leurs esclaves, et vaincre une révolte fomentée par leurs anciens maîtres, avant de s’imposer comme la nouvelle maîtresse de la Côte des esclaves. Ce n’est qu’une fois cette tâche accomplie, au terme de la sixième saison, qu’elle franchira le détroit qui la sépare de Westeros avec ses nouvelles armées pour conquérir les terres qui lui sont dues par son droit de naissance. Le règne de Daenarys est ainsi placé sous le sceau de la réforme et de l’abolitionnisme. Son départ tardif vers Westeros où se joue pourtant l’essentiel de la série et sa volonté de commencer par régner sur la Côtes des esclaves sont motivés par cette certitude : sans elle les esclaves retourneraient rapidement sous la coupe de leurs maîtres.

Ce projet réformateur est manifeste dès les premières apparitions du personnage à l’écran, alors qu’elle n’est encore que la femme du chef d’un clan de Dosrakis, peuple nomade dont elle tente de juguler les traditions guerrières. Le premier acte émancipateur de son règne a toutefois lieu à Astapor au début de la 3e saison. Plate-forme locale du trafic d’esclaves, la ville est spécialisée dans le commerce de soldats d’élite dont la future reine a un besoin crucial pour son projet de conquête. Après un vif échange commercial avec un trafiquant particulièrement vulgaire, Daenarys du Typhon parvient à troquer un de ses précieux dragons contre l’intégralité des esclaves-soldats de la Cité. Recevant symboliquement le fouet qui lui confère son autorité des mains mêmes de l’esclavagiste, elle ordonne aux esclaves désormais sous son contrôle de se libérer du joug de l’oppresseur et de tuer tous leurs maîtres. Tandis que, obéissant à l’injonction de leur nouvelle maîtresse, les esclaves brisent leurs chaînes dans un massacre qui sonne le glas de l’ordre établi, l’ancien chef de la Cité réclame que le dragon qu’on lui a offert en échange lui obéisse. Daenarys se retourne alors et lui explique que, contrairement aux esclaves dont elle a désormais pris le contrôle, un dragon est par nature un être libre qui ne se commande pas. Le maître finit en cendre et la scène se termine par les esclaves libérés acclamant leur nouvelle souveraine.

Cette scène constitue l’un des actes fondateurs de l’ascension du personnage de Daenarys, avec le bucher funéraire de son époux dont elle sort vivante et mère de trois dragons qui vont symboliser son pouvoir jusqu’à la fin de la série. La prise d’Astapor marque le début du règne effectif de l’héritière du trône de fer, tout comme le bucher de Khal Drogo en marque le commencement symbolique. Jusque-là Daenarys apparaissait essentiellement comme une princesse en exil. Menace potentielle pour les nouveaux souverains de Westeros, certes, mais sans armes ni navires, privée d’hommes et perdue dans le désert, elle ne représentait au plus qu’une force en puissance. En libérant les esclaves d’Astapor, elle dispose désormais d’une force à la hauteur de ses ambitions et prouve sa capacité à s’imposer politiquement et militairement dans la géopolitique internationale. Cet acte de libération constitue le premier acte public de la mère des dragons, le moment où elle affirme son ambition aux yeux du monde et montre qu’elle ne s’arrêtera pas avant d’avoir retrouvé la place qui lui revient. Son projet abolitionniste n’est donc plus une utopie irréalisable mais le projet concret d’une souveraine soutenue par son peuple.

Le mythe de la passivité des esclaves

La libération éclaire des esclaves-soldats pose néanmoins une question que n’eut point dédaigné Mr. Candy – personnage incarné par Léonardo Di Caprio dans Django Unchained. Si les esclaves possède une supériorité militaire telle qu’ils ont pu tuer tous les maîtres en l’espace de quelques instants, pourquoi ne se révoltent-ils pas ? Daenarys ne leur apporte aucun pouvoir ni autorité supplémentaire qui leur manquerait dans un projet de révolte. Elle ne fait que leur donner un ordre pour qu’ils fassent ce qui était déjà en leur pouvoir. Dès lors pourquoi les esclaves n’ont pas utilisé ce pouvoir en passant à l’acte par eux-mêmes ? En quoi l’autorisation d’une souveraine étrangère à la vie de la Cité était-elle nécessaire pour leur permettre de briser leurs chaînes et prendre le contrôle d’une ville où ils disposent visiblement du monopole de la violence, sinon légitime du moins effectif ?

Dans la Virginie pré-abolitionniste, la question de Mr. Candy ne fait que révéler le racisme et l’ignorance du personnage. Son étonnement face à l’absence de révoltes malgré la supériorité numérique des esclaves noirs dans les Etats esclavagistes des Etats-Unis témoigne d’un véritable manque de connaissance de l’histoire et des événements contemporains de cette région. En effet, tout au long de l’histoire coloniale américaine, les esclaves ont déployé des stratégies de résistance face à l’oppression, dont la révolte a fait partie. La fuite, le marronnage, l’invention de rites culturels, la recherche de l’affranchissement, ou même l’achat de sa liberté (notamment dans les colonies hispaniques), ont fait partie des moyens utilisés régulièrement par les populations asservies pour tenter d’échapper à la domination coloniale. La révolte, bien que plus rare, fait pleinement partie de cette stratégie de résistance. Si la plupart se sont terminées tragiquement, tel le Quilombos de Mercédès tombé après près d’un siècle de résistance militaire contre le pouvoir portugais2, certaines sont néanmoins parvenues à leurs fins. En 1783, les insurgés du Suriname ont ainsi réussi à négocier leur reddition avec les autorités hollandaises après trente ans de luttes, obtenant la liberté et l’amnistie mais également une véritable autonomie politique en échange. Parmi toutes ces révoltes couronnées ou non de succès, la révolution haïtienne est celle qui a eu le plus de retentissement, parvenant à abolir l’esclavage mais également à fonder un nouvel Etat indépendant de la tutelle coloniale.

Nul n’est donc besoin de recourir à une théorie raciste pour expliquer la soi-disant passivité des noirs. Comme le souligne Aline Helg3, les esclaves ont été les acteurs de leur propre émancipation, participant activement aux processus abolitionnistes quand ils existaient, et saisissant les différentes opportunités de libération disponibles. Si les révoltes n’ont pas été plus nombreuses, ce n’est pas à cause d’une incapacité héréditaire à prendre des initiatives comme le suggèrent les fantaisiste théories phrénologistes de Mr. Candy, mais bien à cause du déséquilibre dans l’accès aux outils de la violence. Comme l’a bien montré Hannah Arendt dans Sur la violence4 l’usage de la violence n’a rien à voir avec le pouvoir et n’est pas liée à la supériorité numérique : un homme seul avec une mitrailleuse peut facilement venir à bout de toute une foule désarmée. Or, au cours de l’histoire coloniale, les populations asservies ont toujours eu conscience de ce déséquilibre. Craignant les révoltes, le pouvoir colonial a fait attention à priver au maximum les esclaves des outils militaires qu’ils auraient pu retourner contre leurs maîtres, et à conserver la suprématie dans l’usage de la violence. La terreur esclavagiste s’y exerce de façon constante, interdit toute possibilité d’insubordination sous peine de cruelles représailles et fait preuve d’une paranoïa digne d’un régime totalitaire. C’est donc la violence du régime colonial et la terreur raciale qui expliquent la soumission des esclaves, bien d’avantage qu’aucune forme d’autorité ou d’explication essentialiste.

Or rien de tout cela à Astapor. Au vue la rapidité avec laquelle les maîtres ont été tués par leurs esclaves sans pouvoir résister, on peut en conclure que ces derniers possèdent l’essentiel du pouvoir militaire de la ville, qui tire sa richesse de leur vente et de leur prestige. Contrairement aux Africains déportés dans les plantations américaines, les esclaves-soldats d’Astapor ont accès aux outils de la violence et peuvent donc se révolter à tout moment. On peut certes argumenter qu’il existe d’autres exemples historiques d’esclaves-soldats qui ne se sont pas révoltés contre leurs maîtres, en particulier dans le monde musulman. Mais il existe une différence de taille entre le mameluk ou le janissaire et l’esclave des plantations : contrairement au Nègre, figure du réprouvé considérée comme avilissante par le pouvoir colonial, les janissaires sont valorisés socialement. Considérés comme une troupe d’élite, disposant de nombreux privilèges et d’une véritable promotion sociale, le statut de ces soldats-esclaves enlevés dans les provinces chrétiennes est tel que les musulmans réclament en 16375 de pouvoir eux-aussi entrer dans ce corps dont ils sont pourtant exemptés. On imagine mal un mouvement occidental exigeant à la même période de devenir des Nègres dans les colonies américaines. S’il y eut des résistances face à ce système esclavagistes, elles proviennent des provinces chrétiennes, soumises à ce tribut et ne supportant plus de voir enlever leurs enfants, plutôt que des esclaves eux-mêmes. Ayant accès aux plus hautes fonctions de l’Etat, ces derniers cherchèrent au contraire à protéger leurs privilèges, devenant au fil du temps une des forces les plus conservatrices de l’empire, avant d’être dissoute par le sultan en 1826.

On cherchera avec difficulté les traces d’une telle valorisation sociale dans la description d’Astapor. Les esclaves y sont au contraire soumis à des sévices corporels (émasculation, ablation des tétons), humiliés (choix de noms volontairement dégradants), et considérés comme de simples marchandises sans espoir de promotion sociale. La Cité présente donc le paradoxe d’une ville composée majoritairement d’esclaves dévalorisés et avilis socialement, qui disposent du quasi-monopole de la violence, mais qui ne se révoltent pas. Si les livres dont elle est tirée présente une situation relativement plus complexe, la série elle-même suggère simplement que cette situation serait due à une sorte de conditionnement mental. Pris très jeunes, l’éducation et la discipline à laquelle ils seraient soumis empêcherait les esclaves de lever la main sur leurs maîtres. Mais ce conditionnement est alors soit trop faible soit trop extrême puisque la simple possession du fouet permet à Daenarys de donner l’ordre de les exterminer et de libérer les esclaves. On peut donc se demander quelle forme de conditionnement les maîtres d’Astapor ont pu faire subir à leurs esclaves sans en profiter pour se protéger contre les velléités belliqueuses des nouveaux propriétaires. Et quand bien même les esclaves seraient réduits au stade de machines privées d’autonomie et obéissant simplement aux ordres sans demander d’où ils viennent par l’effet d’un conditionnement pavlovien, d’où leur est soudainement venu le goût de la liberté qui suit immédiatement leur libération ? Tout se passe comme si les esclaves ne pouvaient pas se libérer par eux-mêmes et n’attendaient que l’autorisation d’un maître pour mettre fin à une oppression dont ils ont pourtant les moyens de sortir par eux-mêmes.

“Je vous ordonne d’être libres”

Une résistance ambiguë

Daenarys incarne ainsi une figure de l’Occident triomphant, accordant la liberté aux peuples orientaux. Tels les bombardiers américains qui n’inondent les populations civiles au napalm que pour les sauver, ses dragons sillonnent les cieux pour défendre une cause qu’elle sait être juste, fût-ce au prix de l’exécution ou de la destruction de populations entières. Si le déroulement de la série contribue in fine à soutenir la démarche de l’héritière du trône de fer, plusieurs scènes montrent néanmoins que les scénaristes ne sont pas dupes de ce projet à la frontière de l’impérialisme. Plusieurs passages nous montrent en effet la nouvelle souveraine en butte avec les réactions de la population locale, qui n’apprécie somme toute guère qu’une étrangère et ses armées s’emparent de leur Cité et y fassent la loi.

Cette résistance prend essentiellement trois formes. Elle provient d’une part des élites locales, dont le pouvoir a été remis en cause par les succès militaires de la mère des dragons et sa volonté d’abolir l’esclavage. S’étant mis en tête de régner sur la ville de Meereen, Daenarys se trouve ainsi confrontée à une fronde de la noblesse sous la forme d’une cabale nommé « les fils de la harpie ». Dans un remake de l’occupation américaine en Irak, ces derniers organisent une série d’attentats qui conduit à une tentative de révolte durement réprimée dont l’objectif n’est autre que chasser l’occupante et rétablir l’esclavage. La résistance aux méthodes de conquête prêchées provient ensuite de son propre entourage, ses conseillers critiquant ses choix à plusieurs reprises et lui rappelant que ces actes pourraient facilement déboucher sur une tyrannie, quelle que soit la générosité de leur justification. Enfin, la résistance provient des peuples mêmes que Daenarys prétend libérer. Si la plupart des esclaves se montrent visiblement heureux de servir leur nouvelle maîtresse, tel « Vert Gris » intronisé général des immaculés, d’autres se montrent plus réticents, ne se retrouvant pas dans la nouvelle société promue par la mère des dragons et allant jusqu’à lui demander de redevenir esclaves6.

Cette dernière forme de résistance se révèle d’ailleurs assez ancienne dans la série et s’incarne notamment dans le personnage de « Mirri maz Duur », sorcière qui, au terme de la première saison, se rend responsable de la fin de Khal Drogo et des espoirs de reconquête de Westeros. Cette dernière avait en effet été sauvée du pillage de son village par Daenarys, demandant à son mari d’épargner les femmes que ses guerriers s’apprêtaient à réduire en esclavage dans l’épisode 8 de la première saison. Mais au lieu de remercier sa bienfaitrice au moment où elle lui demandait de sauver son époux victime de l’infection de ses blessures, la sorcière ne l’a ramené que dans un état végétatif, tout en sacrifiant l’enfant attendu par Daenarys au cours du processus. Or, au moment où la future briseuse de chaîne lui reproche de l’avoir trahie alors qu’elle lui doit sa vie, la sorcière lui rappel un fait largement occulté par la protagoniste : elle ne lui doit rien car elle directement responsable de sa situation. Ce sont les hommes de son khalasar qui ont pillé son village, tué ses proches, l’ont violé et réduite en esclavage. Dès lors pourquoi s’estimerait-elle redevable d’une liberté qui lui est accordé par ceux qui l’en ont également privé ?

Trois des cavaliers m’avaient déjà prise, et le quatrième était en moi quand vous être passée par là. J’ai vu la maison de mon Dieu brûler. J’ai entendu les pleurs des enfants que vos cavaliers obligeaient à avancer à coups de fouet. Que pensez-vous avoir sauvé ?7

Ces différentes formes de résistances nous montrent que les scénaristes ne sont pas totalement dupes du discours émancipateur de leur personnage. L’échec de la guerre en Irak et ses conséquences sur la région, plane largement sur ces passages dans l’est du monde de Games of Thrones. Les auteurs décrivent l’invasion d’un territoire par une puissance étrangère qui ignore tout de son histoire ou de son organisation sociale, et ont conscience des réactions qu’une telle prise de pouvoir engendre chez les populations qu’elle prétend pourtant délivrer. L’entreprise de Daenarys, malgré la démarche émancipatrice qu’elle veut incarner, reste un projet de conquête, apportant avec lui son lot de massacres, de destructions, et d’incompréhensions. Après toute une saison consacrée à la prise des différentes Cités de la Côtes des esclaves, la série nous montre d’ailleurs un personnage en plein doute, incapable de régner sur les terres qu’elle a conquises, et confronté à des attaques incessantes d’une société secrète qui conteste son pouvoir.

Mais au terme de deux saisons passées à régenter Meeren et à montrer la complexité de la vie politique concrète d’une Cité, la série balaie tous ces doutes. Les révoltes locales sont finalement matées et présentées comme l’ultime tentative d’une élite réactionnaire de protéger ses privilèges plutôt que comme une forme de résistance face à une invasion étrangère. Les habiles stratégies des conseillers, tentant de promouvoir la tempérance et le respect des fondements de la real politics, se retrouvent confrontées à une série d’échecs dont seules les arrivées providentielles de Daenarys et de ses dragons parviennent à les tirer. Quant à l’opposition des esclaves à leur propre libération, elle est tout simplement négligée, tant la majorité semble adhérer à son projet. Le discours de la sorcière, qui aurait pu être le point de départ d’une critique de l’abolitionnisme impérial, rappelant qu’on ne peut pas libérer quelqu’un malgré lui, est vivement écarté dès la fin de la première saison. Le personnage est davantage présenté comme une figure négative, traitresse, responsable de la mort d’un des protagonistes initiaux et de la perte de l’enfant de Daenarys, que comme le révélateur d’une réalité occultée par les personnages principaux. Tout en montrant les difficultés d’exécution de son projet et les résistances qu’il engendre, la série finit donc par donner raison à la mère des dragons. Daenarys est présentée comme la grande figure positive de l’histoire, porteuse d’un discours universel de réforme et d’émancipation pour les peuples oppressés. Si la dimension conquérante et violente de sa politique est parfois rappelée, elle finit à terme par trouver la consécration, sa victoire finale étant présentée comme un signe de bonheur et de libération pour les masses opprimées et réduites en esclavage, à qui elle accorde enfin la visibilité et le droit à la parole.

Quand l’abolition sert la colonisation

Inconsciemment, le personnage de Daenarys se fait ainsi l’héritière du « lourd fardeau de l’homme blanc » défendu par Kipling. Les esclaves étant incapables de se libérer par eux-mêmes alors qu’ils en ont les moyens, elle doit assumer pour eux la liberté et les guider vers la libération qu’ils ne pourraient pas atteindre sans elle. Sans y voir les symboles d’un discours néocolonial assumé par les scénaristes, la blancheur des cheveux de Daenarys – traits héréditaire des Targeriens – renforce particulièrement le caractère d’étranger du personnage, dans un environnement esthétiquement affiché comme oriental. La libération d’Astapor évoque ainsi directement l’abolition de 1848, où l’homme blanc fait don de la liberté aux esclaves noirs sans reconnaître leur rôle pro-actif dans ce processus, restant ainsi les maîtres de l’histoire. L’abolitionnisme de Daenarys cache donc une vision coloniale du monde, dans laquelle l’Occident sait mieux qu’elles ce qui est bon pour les populations locales. Le titre même donné par les esclaves à leur libératrice – « Mhysa» (mère) – n’est d’ailleurs pas sans évoquer le « Missié » dont sont affublés les pères-blancs en Afrique.

Bien que libérés par la République, les noirs sont toujours présentés comme d’éternels mineurs

Loin d’être une déformation du combat abolitionniste, cet aspect de la figure de Daenarys reflète pourtant une réalité historique. Comme le souligne Françoise Vergès8, l’abolitionnisme a contribué à occulter le rôle des esclaves dans leur propre libération. Il ne valorise pas la résistance constante des populations déportées, et n’a conservé que le récit d’un don à des esclaves essentiellement passifs. Le récit des luttes qui émaillent la première colonisation est comme effacée au profit d’une réconciliation qui laisse les anciens esclaves dans la situation de pures victimes sans les reconnaitre comme des acteurs à part entière de leur émancipation. L’abolitionnisme perpétue de la sorte une figure abstraite du Nègre, déterritorialisée et considérée du point de vue universel des droits de l’homme, sur laquelle va pouvoir s’appuyer le nouveau discours civilisateur.

L’abolitionnisme, avec toute sa générosité, reste une doctrine prisonnière des ambiguïtés d’un universalisme qui masque sa singularité, sa territorialisation. Il va même donner aux visées de la conquête coloniale une justification morale – qu’il s’agisse d’aller sauver des populations asservies par une monarchie féodale et esclavagiste (comme à Madagascar), soumises au despotisme oriental (comme en Algérie), ou abandonnées à la barbarie (comme en Afrique)9

Conçu comme un principe moral universel, l’abolitionnisme devient alors le support d’un véritable droit d’ingérence s’emparant des trafics intra-africains. Il ne s’agit pas de libérer simplement les esclaves déportés dans les colonies américaines, mais de protéger les peuples indigènes contre eux-mêmes, légitimant ainsi le discours impérial et la poursuite des conquêtes coloniales. L’Institut de l’Afrique, où siègent des abolitionnistes, défend à la fois l’abandon de la traite, et la colonisation du continent africain par l’Europe, la seconde entreprise devant servir la première et garantir ainsi la régénération de l’Afrique. La colonisation de Madagascar en 1896 se fait pareillement au nom des droits de l’homme, la lutte contre l’esclavage justifiant les opérations de conquête et de soumission des Malgaches. L’humanisme universel des abolitionnistes contribue donc à justifier les massacres et exactions commises contre les populations locales, au nom de la lutte pour un idéal suprême. L’abolitionnisme colonial devient un principe d’autant plus abstrait qu’il ne met pas fin au travail forcé : deux mois à peine après avoir officiellement mis fin à l’esclavage dans la nouvelle colonie, l’administration de Gallieni impose un système de corvée au peuple conquis. En 1903, le taux de mortalité causé par le travaillé forcé est estimé à 20 % et les forces militaires écrasent violement toute forme de résistance. Comme l’avait bien perçu Hannah Arendt, le « fardeau de l’homme blanc », qui prétend assumer la liberté pour les peuples indigènes en les protégeant d’eux-mêmes, rend « son gouvernement despotique plus inhumain et plus inaccessible à ses sujets que ne l’avaient jamais été les chefs asiatiques ou les cruels conquérants »10

La libération de l’esclave par les blancs le maintien finalement dans un statut d’éternel mineur. Le discours d’abolitionnistes comme Lamartine ou Tocqueville11 défend par exemple une intégration très progressive dans la communauté, conçue pour son propre bien et lui refusant le statut de pairs auxquels ils aspirent. S’il lui est reconnu le statut d’être humain, voire de citoyen, il reste relégué à une citoyenneté de second ordre, sous le contrôle avisé de l’administration coloniale. La persistance de lois d’exception dans les colonies sera ainsi régulièrement dénoncée par des élus d’outre-mer, sans que ces critiques parviennent à aboutir malgré leur participation active au processus démocratique. En l’absence d’un espace public constitué par ses membres, à même de leur garantir une citoyenneté pleine et entière, l’abolitionnisme reste un principe moral qui ne se réalise pas dans une politique concrète.

Conclusion

Le personnage de Daenarys ne se réduit évidemment pas à une figure impérialiste ou néocoloniale. La série, qui dure depuis 2011, est suffisamment riche pour présenter plusieurs niveaux d’interprétations comme le montre une bibliographie déjà fournie sur la question. Il n’en reste pas moins que, autant par son attitude propre que par la tendance de la série à justifier sa politique, Daeanarys présente l’image d’un Occident triomphant, dont la politique de conquête est légitimée par le discours d’émancipation qu’il prétend porter. La victoire du personnage à Essos nous montre que nous n’en n’avons pas fini avec le mythe de la mission civilisatrice. De la colonisation de Madagascar à la guerre en Irak, en passant par les très nombreuses interventions militaires réalisées depuis plus d’un demi-siècle12, nous restons fascinés par l’idée d’une guerre juste, accomplie pour le bien des peuples envahis. Si Daenarys n’est donc pas une figure néocoloniale au sens traditionnel de ce concept, elle représente l’image que nous nous faisons de nous-même. Celle d’un monde où l’Occident incarnerait les vertus morales les plus fondamentales et saurait, mieux que les peuples concernés, ce qui est bon pour leur propre développement.

Citer ce billet : Arthur Guezengar, "Daenarys ou le privilège de l’homme blanc," publié sur Études arendtiennes, le 10 octobre 2017, https://ea.hypotheses.org/274.
  1. GEORGE R. R. MARTIN, DAVID BENIOFF, D. B. WEISS, Games of Thrones, HBO,  2011-2017 []
  2. MANN CHARLES C., 1493 : comment la découverte de l’Amérique a transformé le monde, Paris : Albin Michel, 2013 []
  3. HELG ALINE, Plus jamais esclaves ! : de l’insoumission à la révolte, le grand récit d’une émancipation : 1492-1838, Paris : Éditions La Découverte, 2016 []
  4. HANNAH ARENDT, Du mensonge à la violence, traduit par Guy Durand, Paris : édition Calmann-Levy, 2006 []
  5. GEORGES CASTELLAN, Histoire des Balkans, p. 110-111, Fayard, 1991 []
  6. Games of Thrones, saison 4, épisodes 5 et 6, 2014 []
  7. « De feu et de sang »,  Games of Thrones, saison 1, épisode 10, 2011 []
  8. VERGES FRANCOISE, L’homme prédateur : ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps, p. 57, Paris : Albin Michel, 2011 []
  9. VERGES FRANCOISE, « Approches postcoloniales de l’esclavage et de la colonisation », in Mouvement n° 51, 2007/3 []
  10. Les Origines du totalitarisme p. 487 []
  11. TOCQUEVILLE, Sur l’esclavage, Arles : Actes Sud, 2008 []
  12. Le rapport Thorette recense 228 opérations extérieures françaises depuis 1963  [la documentation française)] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search