Vérité et vie publique

Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, s’impose l’idée que nous serions désormais entrés dans l’ère de la « post-vérité ». Ce concept cherche à montrer que la vie politique post 11 septembre se caractériserait par un nouveau rapport à la vérité, dans lequel les faits seraient devenus obsolètes et où le discours politique ne se soucierait plus de la véracité par rapport à la réalité du monde. Pourtant sommes-nous bien sûr d’être face à une nouvelle ère absolument inédite ? De la bataille de Qadesh à la disparition de Trotski des archives de l’union soviétique, le politique a toujours eu des rapports ambigus à la vérité. De même, malgré sa prétention à l’objectivité, le système médiatique a tantôt été considéré comme un contre-pouvoir face aux hommes politiques, tantôt comme un instrument visant à diffuser la doxa du pouvoir. Les nouvelles interrogations autour d’une ère de « post-vérité », nous invitent donc à nous interroger sur le rapport intime entre vie publique et vérité.

Vérité et apparences

A la suite du discours d’intronisation de Donald Trump le 20 janvier 2017, Sean Spicer a affirmé que la foule venue assister à la passation de pouvoir entre Barack Obama et Donald Trump « constituait la plus grande foule jamais vu lors d’une investiture ». Bien que cette affirmation ait rapidement été infirmée, preuves à l’appui, par les témoins et les réseaux sociaux, la conseillère du président nouvellement élu a tenté de justifier les propos du porte-parole de la maison blanche en introduisant la notion de « faits alternatifs ». Plus que l’outrance du mensonge lui-même, c’est la tentative de le justifier en niant la pertinence même des faits qui est à l’origine du scandale politique de ce discours. Alors que l’évidence de la fausseté des propos de Sean Spicer ne faisait aucun doute, les photos satellitaires permettant de démontrer sans hésitation que la foule présente lors de l’investiture de Barack Obama était nettement plus dense que celle de son successeur, l’équipe du nouveau président a choisi de nier la réalité jusqu’au bout. Bien que n’étant pas le premier mensonge d’un ex-candidat n’ayant jamais caché ses convictions climato sceptiques et son mépris pour la communauté scientifique, il marque une évolution dans le mépris de la vérité en niant non seulement les conclusions d’un groupe d’expert mais également une vérité objective aussi évidente que celle qui consiste à affirmer qu’un mur est blanc. Or si un tel décalage avec l’évidence de la réalité empirique a été rapidement contesté, il n’a pas entamé la confiance des électeurs de Donald Trump envers leur candidat. Les citoyens américains ont ainsi manifesté une forme d’indifférence face aux affirmations de leur classe politique. Tout se passe comme si le rejet de la réalité professé par la nouvelle administration était librement consenti par une grande partie de la population, qui ne se préoccuperait plus de la question de la véracité de ses propos.

Toutefois, comme le souligne Hannah Arendt, « il n’a jamais fait de doute pour personne que la vérité et la politique sont en assez mauvais terme »1 La prégnance de la manipulation des faits dans l’histoire politique nous amène à ne pas concevoir les « faits alternatifs » comme le résultat d’une décadence de la civilisation moderne, mais comme une conséquence de la nature phénoménologique de l’espace public. Sphère d’apparence où les acteurs se présentent aux citoyens, l’espace public est lié au règne de l’opinion plutôt qu’à celui de la vérité, comme Platon le dénonçait plus de 25 siècles avant Donald Trump. Cette opposition initiale entre politique et vérité n’est néanmoins pas celle d’une opposition entre mensonge et vérité de fait, mais entre ignorance et savoir. L’allégorie de la caverne ne dénonce pas une falsification volontaire de la réalité, mais les illusions naturelles provoquées par le monde sensible. La recherche d’une vérité intelligible, absolue et universelle, implique la mise en retrait de l’ordre des phénomènes et des activités quotidiennes de la vie humaine. L’exercice de la pensée philosophique implique une généralisation dont l’objectif est la découverte d’essences universelles qui ne s’appliquent pas à la réalité concrète et particulière que constitue l’événement. « Considéré sous l’angle du monde quotidien des phénomènes, le partout du moi pensant […] est un nulle part »2, qui ne fait partie d’aucun espace politiquement structuré. La recherche d’une vérité absolue s’oppose ainsi à la pluralité des opinions qui fonde la vie publique. Son caractère irréfutable rompt avec la nécessité du débat public tandis que son caractère universel s’oppose à la phénoménalité d’un monde commun où le particulier règne en maître

Cette première opposition entre une vérité conçue comme un discours absolu sur l’universel et un espace politique fondé sur l’action particulière dans un monde phénoménal ne prend pas fin avec l’émergence d’une pensée scientifique fondée sur l’expérience mais se poursuit à l’époque moderne dans l’opposition entre la figure de l’expert et celle du citoyen. Malgré le développement d’une démarche scientifique fondée sur la réfutabilité de ses hypothèses et attachée aux phénomènes sensibles, la vie politique résiste toujours à l’irruption du discours scientifique sur la scène publique, appréhendé comme une forme de contrainte. L’expérimentation, devenue le moment décisif de la démonstration scientifique, implique toujours la mise en retrait du monde commun, afin de pouvoir reproduire les phénomènes en laboratoire et en isoler les éléments constitutifs. Elle s’oppose dès lors au bon sens courant, fondé sur l’expérience empirique qu’aucune démonstration rationnelle ne peut abolir3 Ainsi, malgré toutes les preuves scientifiques du réchauffement climatique, les théories climato sceptiques continuent à trouver une audience en invoquant une expérience concrète et particulière, irréductible à toute démonstration. Comme la pensée philosophique dont elle est issue, la démarche scientifique cherche à établir une forme de vérité qui heurte les évidences sensibles. Elle se trouve dès lors confrontée à tous les biais de perception qui émaille l’expérience empirique. Une proposition scientifique contraire aux présupposés et aux convictions qui régissent la vie politique sera plus mal reçue par son public, qui remettra en doute sa démonstration, qu’une proposition confirmant les idées préalables de ses membres.

Tel que le définit Hannah Arendt, l’espace public est lié à l’expérience d’un monde commun fait d’apparences sensible, où les phénomènes apparaissent aux yeux de tous. Le monde se présente à nous comme ce que nous en percevons, et c’est à partir de cette expérience empirique qu’il est possible d’agir sur le milieu qui nous entoure. Arendt affirme ainsi qu’« Etre et paraître coïncident »4. La vérité de l’être par-delà les phénomènes n’a pas d’importance dans une sphère publique où les phénomènes se donnent comme une réalité propre, assurée par une apparence commune, c’est-à-dire par le fait qu’ils apparaissent objectivement de la même manière. Bien qu’il soit assuré que la Terre tourne autour du soleil, cela n’ôte rien au fait qu’on perçoive empiriquement le contraire. Cette expérience sensible n’est pas moins légitime que la connaissance des lois de la physique. Nous vivons dans un monde constitué par des phénomènes, où tout ce qui est n’existe que parce qu’il apparaît. Cela ne signifie pas qu’il n’existe rien en dehors du donné sensible, mais que de tels êtres n’interviennent pas dans le cadre d’une espace public fondée sur l’apparence. L’activité politique est assurée par la capacité de ses membres à paraître sur la scène publique, c’est-à-dire à se présenter comme des acteurs légitimes aux yeux du public. Une affirmation fausse mais ayant toutes les apparences de la réalité aura ainsi plus de poids aux yeux du public qu’une proposition vraie mais qui apparaît contraire au sens commun.

Hannah Arendt oppose donc deux conceptions distinctes de la vérité. Une vérité conceptuelle ou scientifique, fondée sur la démonstration et la recherche de règles universelles, hostile ou du moins extérieure à la vie publique dont elle ne contrôle pas les mouvements ; et une vérité de faits, fondée sur le constat empirique d’une réalité phénoménale. Une telle vérité est politique et assure une perception commune du monde. Fondée sur l’opinion, la vie politique est tributaire d’un monde où les événements apparaissent aux yeux de tous. Du point de vue de la vie publique, la réalité intrinsèque d’un phénomène importe moins que son caractère commun, et cet espace commun d’apparence est déterminé par la réalité des faits telle qu’elle se donne spontanément à tous. Si soutenir qu’il fait beau alors qu’il pleut ne va pas de soi, ce n’est pas à cause du simple constat d’une réalité sensible, qui rendrait cette opération impossible pour l’esprit humain, mais à cause d’une perception commune qui rend l’événement objectivable. Décrire un événement tel qu’on le perçoit implique de se confronter à la perception et aux jugements des autres percevant la même chose au même moment. L’opinion publique nait dès lors de cette confrontation entre spectateurs d’un monde commun d’apparences mais dont les interprétations peuvent diverger. En effet si cette confrontation avec le regard d’autrui est la source de la construction d’une réalité objective, elle mobilise également un arrière-plan culturel qui influence le jugement porté sur ces événements. Si des affirmations telles que « l’Amérique a envahi l’Irak en 2003 » ou « l’Allemagne a perdu les deux guerres mondiales » relèvent de la vérité factuelle, au même titre que « il pleut » ou « le mur est blanc », elles ne mobilisent pas les mêmes représentations selon la personne et le moment où le jugement est émis.

La vérité de fait est donc politique puisqu’elle assure la construction d’un monde commun et l’émergence d’une pluralité d’opinions différentes qui animent la vie publique. Ce rôle structurant de la vérité de fait pousse dès les acteurs de la vie politique à modifier les faits afin d’orienter leur perception et de les faire correspondre à leurs représentations préalables. La vérité ne s’oppose dès lors plus à l’illusion mais au mensonge délibéré.

L’efficacité du mensonge

Si la vérité de fait est au cœur de la vie publique, le mensonge est tendance récurrente chez les acteurs politiques. La capacité à proposer un discours différent de ce que la réalité suggère en dissimulant certains faits ou en simplifiant la vérité factuelle est à ce point importante que le mensonge apparaît régulièrement comme l’outil privilégié des hommes politiques. Une telle tendance ne peut dès lors s’expliquer que par l’efficacité d’une telle pratique. Si le mensonge était à ce point inopérant dans la vie publique que le menteur se retrouvait immédiatement confronté à ses paradoxes ce qui provoquait sa chute, il y a fort à parier qu’il aurait disparu depuis des siècles. Que le mensonge soit encore couramment utilisé malgré une dénonciation morale et la découverte régulière de scandales liés à des faux témoignages ou de manipulation prouve que le mensonge, malgré sa fausseté, produit des effets politiques. Il s’avère dès lors un outil sinon légitime, du moins justifié dès lors qu’il sert une action politique qu’il permet de réaliser.

Comme le souligne Hannah Arendt, « le mensonge est souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité, car le menteur possède le grand avantage de savoir d’avance ce que le public souhaite entendre. »5 Contrairement à l’erreur ou à l’opinion, le mensonge ne s’oppose pas à la raison, et peut même apparaître plus rationnel que la réalité empirique elle-même. L’opposé du mensonge n’est pas la vérité rationnelle, mais la vérité factuelle. Or les faits sont essentiellement des évènements contingents qui auraient pu se dérouler autrement qu’ils ne se sont produits. Il est aisé d’imaginer un autre déroulement des évènements et des conséquences qui en découlent. François Ferdinand aurait pu accepter les conseils de ses proches et éviter de se rendre à Sarajevo alors qu’un attentat se préparait ou même renoncer à son inspection après l’échec du premier attentat, ne déclenchant pas la première guerre mondiale telle qu’elle s’est produite.

Cette aversion de la raison pour la contingence explique dès lors la relative bienveillance de la philosophie face au phénomène du mensonge. Platon ne considère pas seulement le mensonge comme un phénomène moins important que l’erreur ou l’opinion, mais procède à un éloge du mensonge éclairé : « [La fausseté] est utilisable par les hommes sous la forme d’un remède […] C’est donc aux gouvernant de l’Etat qu’il appartient comme à personne au monde de recourir à la fausseté, en vue de tromper soit les ennemis, soit leurs concitoyens, dans l’intérêt de l’Etat »6 Le mensonge, la falsification délibérée des faits n’est pas considéré comme un vice moral mais se présente au contraire comme une vertu politique, pourvue qu’il soit utilisé à des fins louables. La dissimulation de la vérité peut se justifier si elle permet d’atteindre un plus grand bien, tel que tromper ses ennemis en temps de guerre ou apaiser les angoisses de la population. Il s’agit donc d’une forme de ruse, qui apparait comme un outil pleinement légitime d’un bon gouvernement. Mais cet usage positif de la tromperie est la prérogative exclusive de l’homme d’Etat qui, disposant du savoir intelligible, peut tromper les autres pour leur bien sans s’abuser lui-même. Au fondement de cet éloge du mensonge noble se trouve donc l’opposition entre vérité et ignorance plutôt qu’entre vérité et falsification. Le mensonge est justifié au nom de son efficacité mais ne remet pas en cause la recherche de la vérité, détenue par une minorité d’hommes capables d’assumer la nécessité du pouvoir.

Cette légitimation du mensonge en tant que ruse du bon gouvernement est au fondement des théories de la raison d’Etat et de la mise en valeur des arcana imperii qui l’accompagne. La dissimulation de la vérité à des fins politiques est légitimée au nom d’un but supérieur, les questions morales étant momentanément suspendues face aux exigences du pouvoir. Machiavel pousse alors jusqu’au bout cette conception du noble mensonge en rompant totalement avec l’ordre moral qui le soutenait. Le Prince machiavélien n’utilise plus le mensonge comme un outil pour atteindre une plus grande fin, mais comme une modalité à part entière du pouvoir. Au cœur du renversement réalisé par Machiavel se trouve sa conception de la vérité comme réalité effective, la « verità effetuale della cosa »7. La vérité n’étant plus conçue par rapport avec des idées intelligibles existant par elle-même mais comme la réalité factuelle influencée par les actions humaines, le mensonge n’est plus conçu comme une manière de dissimuler la vérité par ceux qui en disposent, mais comme une action humaine dont l’efficacité fait advenir une nouvelle vérité. « Avec ce renversement machiavélien, c’est au nom de la vérité (mais en son sens de vérité effective) qu’il faut parfois « entrer en mal » et donc mentir quand l’occasion se présente et que la vérité l’exige. »8 La pensée machiavélienne poursuit donc la légitimation du mensonge au nom de son efficacité politique déjà opérée par Platon, mais il la dote d’une dimension performative. Le mensonge, n’étant plus indexé sur des fins éthiques ou curatives, peut se présenter comme un mode d’action ordinaire de la vie publique, capable non seulement de cacher mais également de modifier la vérité.

Hannah Arendt poursuit cette interprétation machiavélienne du mensonge en terme de pouvoir d’agir en mettant en perspective le mensonge politique avec l’imagination et la capacité d’innovation. La puissance d’agir qui caractérise la vie politique n’est pas condamnée à reproduire éternellement les mêmes processus, mais entreprend régulièrement de nouvelles actions, de nouveaux événements qui transforment la réalité du monde à un moment donné. « Nous sommes libres de changer le monde et d’y introduire de la nouveauté »9. Mais cette liberté implique une capacité à imaginer ce que pourrait être le réel et qui n’existe pas encore. Toute action humaine se passe dans un monde qui lui préexiste et doit au préalable envisager que le monde puisse être différent afin de pouvoir le transformer. L’imagination garantit donc la possibilité de l’action en niant l’ordre préexistant du monde. Sans imagination l’action perd sa capacité à innover et se contente de reproduire ce qui existe déjà. Le mensonge délibéré est dès lors l’application de cette puissance imaginative au passé. Le menteur ne nie pas seulement la réalité présente au nom d’un futur potentiel, mais réfute également les faits qui se sont déjà passés. Face à la contingence de la réalité, le mensonge consiste à se dire que le passé ayant lui-même été contingent, il n’est pas dramatique de falsifier une réalité qui aurait pu être différente.

Les hommes d’actions, pour autant qu’ils s’estiment maître de leur avenir, sont toujours tentés de se rendre également maîtres du passé. […] Ils seront tentés de faire concorder la réalité envisagée par eux – qui, après tout, est un produit de l’action humaine et aurait donc pu prendre une autre forme – avec leurs théories, écartant ainsi mentalement sa contingence déconcertante10

Si la contingence de la réalité est la source de l’imagination et garantit ainsi la possibilité même de l’action, elle est également ce dont les hommes politiques cherchent à se défaire. Le mensonge contribue dès lors à refuser la réalité, sa complexité et sa contingence, afin de disposer d’un ordre imaginaire plus simple, plus facile à maîtriser, et qui corresponde aux besoins des hommes d’action. Cette dédramatisation de la falsification des faits est d’autant plus aisée que la certitude de leur réalité est difficile à garantir. La conviction que les faits ont bien eu lieu implique la présence de témoignage ou de documents qui en attestent la réalité. En l’absence de tels documents, l’imagination a vite fait de combler les lacunes ou de modifier les documents existants pour mieux les faire correspondre à son propre discours. Si la réalité « qui n’a pas d’équivalent »11 se charge normalement de confondre le mensonge, la découverte des incohérences et des simplifications du mensonge peuvent prendre suffisamment de temps pour que le discours mensonger fasse effet et provoque les actions qu’il est censé légitimer. Quelques soient les découvertes faites après le déclenchement de la seconde guerre du golfe sur les documents qui ont permis de la déclarer, les falsifications du gouvernement américain ont permis de justifier et de déclencher l’invasion de l’Irak. Même découvert, le mensonge peut donc produire des effets concrets sur le monde. La prégnance du mensonge en politique s’explique dès lors par son efficacité, sa capacité à produire des effets concrets même s’il est révélé, et à offrir un cadre plus cohérent que la vérité pour construire un discours.

Conclusion

« Quand la réalité dépasse la légende, on écrit la légende »12. Comme l’affirme la morale du film de John Ford, la réalité du monde n’est pas toujours à la hauteur des attentes de ses spectateurs et la tentation de créer une version fictionnelle ou remaniée des faits est une constante qui traverse toute l’histoire humaine. Dans un monde phénoménologique, où les choses ne prennent un sens politique que parce qu’elles apparaissent et sont ainsi soumises à l’opinion publique, la capacité à manipuler les faits permet aux hommes d’action de se présenter aux yeux du monde en adoptant une image qui correspond mieux à leur discours que la réalité factuelle. Par ailleurs, dans un monde contingent, ne correspondant pas toujours à l’idée conceptuelle que s’en font ses théoriciens, la dissimulation voire la négation de certains faits au profit d’une réalité alternative plus plausible contribue à faciliter la correspondance entre le discours théorique et sa mise en pratique. Une fiction attirante pour l’esprit aura plus de facilités à convaincre et à mobiliser son public qu’une réalité souvent complexe et difficile à appréhender dans sa totalité. La réalité n’ayant pas d’équivalent dans le discours, il est néanmoins quasiment impossible de disparaitre toute trace de la vérité de faits. Même dans les pires cas de Damnatio Memoriae, il reste toujours une inscription ou un témoignage oublié permettant de restituer la vérité effacée, fut-ce des siècles plus tard. La dissimulation laisse des traces et le mensonge n’est pas capable de reproduire la complexité du monde, laissant à la place un discours où percent les incohérences. Cette incapacité à effacer entièrement les faits pousse dès lors certains acteurs de la vie publique à rechercher la vérité pour s’opposer au discours tenu par les tenants de la fiction. La place de la vérité dans la vie politique est ainsi liée à cette dialectique de pouvoir et de contre-pouvoir entre dissimulation et recherche des faits qui anime l’espace public depuis sa fondation.

Citer ce billet : Arthur Guezengar, "Vérité et vie publique," publié sur Études arendtiennes, le 20 septembre 2017, https://ea.hypotheses.org/264.
  1. HANNAH ARENDT, Crise de la culture, p. 289, traduit sous la direction de Patrick Levy, Paris : éditions Gallimard, 2010 []
  2. HANNAH ARENDT, Vie de l’esprit, p. 257, traduit par Lucienne Lotringer, Paris : Presse Universitaire de France, 2007 []
  3. Ibid. p. 120 []
  4. Ibid. p. 37 []
  5. HANNAH ARENDT, Du mensonge à la violence, p. 11, traduit par Guy Durand, Paris : édition Calmann-Levy, 2006 []
  6. PLATON, République, 389 b-c, traduction par George Leroux, édition Garnier-Flammarion, 2002 []
  7. MACHIAVEL, Le Prince, chap. 15, traduit par Jean-Yves Boriaud, Paris, Perrin, 2013 []
  8. GAELLE JEANMART, Le mensonge et les vertus de la vérité, p. 45 []
  9. Du mensonge à la violence, Op. cit., p. 9 []
  10. Ibid. p. 16 []
  11. Ibid. p. 9 []
  12. FORD John, The man who shoot Liberty Valence, 1962 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search