Études arendtiennes

L’objectif de ce projet de recherche est d’analyser la notion d’espace public dans la pensée arendtienne. Il s’agit d’étudier la pensée arendtienne dans sa tentative de penser l’homme dans le rapport que ses activités concrètes entretiennent avec le monde qui l’entoure. La vie politique arendtienne n’est conçue ni comme un ensemble juridique ni comme un rapport de pouvoir, mais comme un espace quasiment existentiel fondé sur l’action des individus entre eux. L’enjeu de cette thèse est alors de voir si Arendt parvient à définir un espace politique à proprement dit qui soit anthropologiquement fondé, et comment l’ensemble des activités humaines s’y rapportent. L’espace public n’est pas une réalité juridique, définit dans le marbre d’une loi supérieure comme c’est le cas dans le positivisme juridique, mais est un espace dynamique, lié aux interactions de ses membres, qui dispose d’une fondation dans le temps, et qui peut avoir une fin. L’enjeu de cette analyse est donc de déterminer quelles sont les conditions de fondation de l’espace public et de sa perpétuation. Il s’agit de voir quelles sont les formes que peut prendre l’action politique, et comment un espace public peut concrètement exister de telle sorte à être le lieu de l’action humaine


Une réflexion sur « Études arendtiennes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search