Daenarys ou le privilège de l’homme blanc

Alors que l’avant-dernière saison de Games of Thrones1 s’est récemment achevée et que se profile l’affrontement ultime contre l’axe du Mal, le personnage de Daenarys s’annonce comme la grande figure salvatrice de la saga : la souveraine légitime qui, prête à prendre la place qui lui revient de droit, vaincra les forces maléfiques qui menacent le monde et rétablira la paix à Westeros. Si Games of Thrones a introduit de nombreux personnages, Daenarys est, au même titre que John Snow, avec qui elle partage de nombreux liens et points communs, le protagoniste présenté comme le plus positif de la série. Reine des Andals, Protectrice des Sept Couronnes, Briseuse de Chaînes, Mère des Dragons… cette longue liste énumérée telle un mantra évoque les hauts faits et la grandeur d’âme du personnage. Parmi les nombreux exploits réalisés par la descendante des Targeriens, l’un d’eux occupe une place centrale dans la série et va directement nous concerner. Daenarys est en effet une militante abolitionniste. Dans un univers dans lequel l’économie de tout un continent repose sur l’esclavage, l’héritière du trône de fer affiche en effet clairement sa volonté de libérer les esclaves des leurs. Mais derrière cette politique aussi noble que généreuse, se cache une tendance particulière de l’histoire occidentale : celle de l’abolitionnisme mis au service de la colonisation.

Continuer la lecture de « Daenarys ou le privilège de l’homme blanc »

  1. GEORGE R. R. MARTIN, DAVID BENIOFF, D. B. WEISS, Games of Thrones, HBO,  2011-2017 []

Vérité et vie publique

Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, s’impose l’idée que nous serions désormais entrés dans l’ère de la « post-vérité ». Ce concept cherche à montrer que la vie politique post 11 septembre se caractériserait par un nouveau rapport à la vérité, dans lequel les faits seraient devenus obsolètes et où le discours politique ne se soucierait plus de la véracité par rapport à la réalité du monde. Pourtant sommes-nous bien sûr d’être face à une nouvelle ère absolument inédite ? De la bataille de Qadesh à la disparition de Trotski des archives de l’union soviétique, le politique a toujours eu des rapports ambigus à la vérité. De même, malgré sa prétention à l’objectivité, le système médiatique a tantôt été considéré comme un contre-pouvoir face aux hommes politiques, tantôt comme un instrument visant à diffuser la doxa du pouvoir. Les nouvelles interrogations autour d’une ère de « post-vérité », nous invitent donc à nous interroger sur le rapport intime entre vie publique et vérité.

Continuer la lecture de « Vérité et vie publique »

La question de l’esclavage chez Hannah Arendt

La naissance du racisme est probablement l’analyse politique d’Hannah Arendt la plus soumise à critiques. Non seulement sa conception de l’Afrique comme un continent sauvage et vide de tradition politique est soumise à de vives controverses, mais elle contribue de plus à lui faire négliger le premier grand contact des peuples européens avec le continent noir. La relation blancs-noirs ne s’est pas mise en place au cours du 19e siècle en Afrique du Sud mais dès l’époque des Lumières et la traite atlantique. Continuer la lecture de « La question de l’esclavage chez Hannah Arendt »

Génocides et meurtres de masse : questions méthodologiques

Mettre en perspective les violences de masse du 19e et du 20e siècle comme on l’a fait au cours d’articles précédents implique un ensemble de prérequis méthodologiques, en particulier autour de la notion de génocide. Les difficultés politiques et juridiques qui entourent cette notion rendent en effet complexe son utilisation dans le cadre d’une recherche en sciences humaines et sociales. La définition d’un concept plus neutre politiquement apparaît dès lors nécessaire pour pouvoir comparer les processus mis en œuvre lors de ces événements.

Continuer la lecture de « Génocides et meurtres de masse : questions méthodologiques »